Un bon croquis valant mieux qu’un long discours, d’après l’adage attribué à Napoléon, j’ai repris et complété une carte de la Virée de Galerne, que j’avais réalisée d’après l’origine des combattants vendéens par département.

Viree de Galerne - Origine des combattantsOrigine des combattants vendéens ayant participé à la Virée de Galerne
(cliquez sur la carte pour l'agrandir)
  

On appelle « Virée de Galerne » la campagne menée par l'armée vendéenne sur la rive droite de la Loire après sa défaite à Cholet le 17 octobre 1793 et le passage du fleuve à Saint-Florent-le-Vieil le lendemain. Cette longue marche de mille kilomètres fut ponctuée de victoires retentissantes (Entrammes le 26 octobre ; Pontorson, Dol et Antrain du 18 au 23 novembre), ainsi que de désastres épouvantables (Le Mans le 13 décembre, Savenay le 23).

Nous ignorons, hélas, l’identité de tous ceux qui ont pris part à cette dramatique campagne, tant les combattants, que les civils qui les ont accompagnés en nombre. Les estimations reposent ici sur 3.000 noms connus d’après les dossiers de demandes de pension établis de 1814 à 1828 (1), ce qui permet d’obtenir des proportions crédibles. On remarque aussitôt le poids écrasant du contingent angevin, originaire essentiellement des Mauges, dans cette expédition.
  

Viree de GalerneCarte de la Virée de Galerne, campagne de l'armée vendéenne sur la rive droite de la Loire du 18 octobre au 23 décembre 1793
  


Note :

  1. D’après le livre de Pierre Gréau, La Virée de Galerne, la marche sanglante des Vendéens, 18 octobre – 23 décembre 1793 (2e partie, « Ils ont fait la Virée de Galerne », pp. 239-379), Éditions Pays et Terroirs, 2012. Selon les témoignages d'officiers royalistes faits prisonniers, il y aurait eu environ 30.000 combattants dans l'armée vendéenne engagée outre-Loire, auxquels il faut ajouter des milliers de femmes, enfants et vieillards (P. Gréau, op. cit., pp. 43-45).