Le catalogue d’une prochaine vente d’objets d’art et de souvenirs historiques propose un lot de dix-sept gravures, certaines aquarellées, représentant des personnages ou des scènes des Guerres de Vendée. L’une d’elles montre un étonnant portrait de Louis-Marie de Lescure… qui n’en est pas un.

LescureLe faux portrait de Lescure
  

Né en 1766, comme indiqué au bas de ce portrait, Louis-Marie de Salgues de Lescure fit ses classes à l’École militaire de Paris de 1779 à 1782. Deux ans plus tard, il était nommé sous-lieutenant du Royal-Piémont Cavalerie, régiment commandé par le duc de Lorges (1). L’habit bleu à parements rouges ou jaunes du Royal-Piémont Cavalerie ne semble pourtant pas correspondre à l’uniforme noir du jeune dragon représenté sur cette gravure. Il faut lire une petite note griffonnée tout au bas du document pour comprendre qu’il s’agit en réalité d’un portrait du comte d’Assumar, marquis d’Alorna, copié par un certain marquis d’Estampes, « lequel, trompé par une indication au crayon, en fit le marquis de Lescure, ce qui déroutera fort les collectionneurs à venir ».

Ces mêmes collectionneurs trouveront cependant dans ce lot d’illustrations assez communes (2), une gravure italienne très originale intitulée : « Les Vandéens (sic) vident les prisons d’Angers – I Vandesi vuotano le prigioni d’Angers ». La scène se passe le 18 juin 1793, après l’entrée de la Grande Armée catholique et royale dans la ville. Le décor n’a guère à voir avec la réalité, mais c’est là l’unique représentation de cet épisode des Guerres de Vendée.
  

Les Vandeens vident les prisonsUne vision italianisante de la libération des prisonniers d'Angers par les Vendéens, le 18 juin 1793
  

La vente aux enchères (Thierry de Maigret) aura lieu le vendredi 9 octobre 2020, à partir de 11h00, à l’hôtel Drouot. Le lot porte le n°140 (estimation : 200 à 300 €).
  


Notes :

  1. Jean-Laurent de Durfort-Civrac, l’oncle de Marie-Louise-Victoire de Donnissan que Lescure épousera en 1791.
  2. Les portraits de la Galerie des Lys : Bonchamps, Stofflet, D’Elbée, Talmont, Frotté, Henri et Louis de La Rochejaquelein ; deux exemplaires du Maréchal de la Vendée (en noir et aquarellé) ; Les Vandéens vident les prisons d’Angers ; Les douze Vendéens qui ont chassé les Anglais de Noirmoutier ; Pacification de la Vendée (signature du traité de la Jaunaye) ; portrait de Grouchy (aquarellé) ; portraits de Charette, Hoche et Carrier.