Le Salon du Livre qui s’est tenu à Cerizay en fin de semaine dernière a été marqué par la remise du Prix La Rochejaquelein à Monique Guérin-Simonnaud pour son ouvrage sur Jaquette Blanchard, une authentique meunière qui vécut au Pin au XVIIIe siècle.

Monique Guerin-SimonnaudMonique Guérin-Simonnaud avec ses deux derniers livres, dont Jaquette Blanchard, récompensée par le Prix La Rochejaquelein au Salon du Livre de Cerizay, le samedi 11 septembre 2021
   

Monique Guérin-Simonnaud n’en est pas à son premier livre. Très attachée à la langue française qu’elle a enseignée à Cerizay pendant trente ans et qui a inspiré certaines de ses publications (1), elle a usé de sa plus belle plume pour raconter l’histoire de ses aïeux – celle des femmes en particulier – et l’amour de son terroir charentais (2).

En 2019 s’est concrétisée une collaboration entre elle-même, pour ses talents d’écrivain, et son amie Noëlle Pouplin, ancienne maire du Pin (Deux-Sèvres), qui a mené de longues recherches historiques et généalogiques sur sa commune. Puisant dans cette documentation foisonnante, Monique Guérin-Simonnaud a sorti de l’ombre une meunière du pays, Jaquette Blanchard, née en 1731 au moulin de Chantereine, pour redonner chair à « cette femme courageuse qui lutta toute sa vie contre l’adversité, au long d’un destin semé d’embûches », mais aussi aux habitants de la paroisse tout au long du XVIIIe siècle.

On croise d’ailleurs au fil de ce récit captivant une fillette, Théotiste Brémond, qui connut une mésaventure singulière durant la Grande Guerre de 1793 lorsque, voulant apercevoir les « beaux hussards » qui sillonnaient le chemin de Bressuire à Châtillon, non loin du bois des Chèvres, elle fut garrochée (3) par-dessus la haie et en fut quitte pour une frayeur, assortie d’une gifle qui resta à jamais dans les mémoires. Cette fillette, future épouse du petit-fils de Jaquette Blanchard, est au cœur du dernier livre de Monique Guérin-Simonnaud (4), qui prolonge ainsi son histoire à travers le XIXe siècle, toujours épaulée par Noëlle Pouplin. 

Jaquette Blanchard, meunière au Pin (1731-1804), Pays et Terroirs, Cholet, 2019, 286 pages, 22 

Théotiste Brémond, grand-mère du Pin (1790-1871), Pays et Terroirs, Cholet, 2021, 288 pages, 22 

Les livres de Monique Guérin-Simonnaud peuvent être commandés ici.
   

Monique Guerin et Noelle PouplinNoëlle Pouplin (à gauche) et Monique Guérin-Simonnaud (à droite)
   

Monique Guérin-Simonnaud sera présente aux manifestations suivantes :

  • 18 septembre 2021, Bressuire (79) : dédicace à la librairie Le Fréneau (12 rue de la Vergne, 9h30-12h00).
  • 18 septembre (après-midi) et 19 septembre 2021, Mauléon (79) : dans le cadre des Journées du Patrimoine, salon de l'écrivain, place de l'Hôtel de Ville.
  • 25 septembre 2021, Moncoutant (79) : dédicace à la Maison de la Presse (10h00- 12h30).
  • 2-3 octobre 2021, Vœuil-et-Giget (16) : salon du livre A.L.C. (Arts et Lettres de Charente).
  • 9-10 octobre 2021, Saint-Maixent (79) : salon de la généalogie.
  • 17 octobre 2021, Montendre (17) : salon du livre.
        

Notes :

  1. Par exemple : J’ai perdu mon C.O.D., manuel de survie orthographique (Pays et Terroirs, 2017, 12 €).
  2. Résurgences, histoires des miens entre Charente et Braconne (Pays et Terroirs, 2010, 22 €) ; Le temps me dure, correspondance de guerre, 1914-1918 (Pays et Terroirs, 2014, 20 €) ; Celles d’avant, mes aïeules du pays charentais (Pays et Terroirs, 2018, 20 €), etc.
  3. Lancée sans ménagement (par l’un des hussards).
  4. Théotiste Brémond, grand-mère du Pin, 1790-1871 (Pays et Terroirs, 2021, 22 €). Mère de 9 enfants et grand-mère de 37 petits-enfants, Théotiste est l’aïeule de nombreux habitants du Pin et même d’une diaspora qui a essaimé jusqu’aux États-Unis.